Le mandarin

120 pages
18 octobre
9 €
ISBN : 978-2-36732-173-8

Auteur : Eça de Queiroz

Traducteur : Michèle Giudecelli

Description

Dans ce texte écrit en 1880, Eça de Queiroz reprend un thème récurrent de la tradition littéraire : le pacte avec le diable. Teodoro, fonctionnaire d’État, mène une vie banale à Lisbonne, faite d’habitudes bien ancrées, de courbures d’échine face à ses supérieurs, de repas servis à l’heure et de prières automatisées, sa vie médiocre prend un nouveau tournant lorsque lui apparait dans un livre un message aussi troublant qu’attirant. Le diable lui-même lui propose de sacrifier la vie d’un vieil inconnu, un mandarin vivant au fin fond de la Chine et de récupérer ainsi son incommensurable fortune ! Il n’a qu’à appuyer sur une sonnette posée à ses côtés pour réaliser ce funeste exploit !

D’abord, la stupeur, la peur et puis la fascination. Le désir d’une vie nouvelle presse et bien sûr le confort d’un crime non-identifié ne manque pas d’attrait ! Et puis quoi ?! La vie d’un vieux décrépi contre une jeunesse pleine de désirs ! Teodoro appuie sur la sonnette. Une vie d’abondance et de luxure débute, entre voyages et grandes fêtes, ce personnage ridicule est sauvé par les apparences du luxe. Bientôt, sa conscience viendra contrarier ses plaisirs multipliés et le fantôme du mandarin sacrifié le hantera sans repos. Les délices de cette vie vécus au dépens d’un autre deviendront sans saveurs. Le personnage entamera alors un voyage vers la Chine pour expier sa faute auprès des descendants du mandarin. Guidé par une volonté molle, ce dernier sera sans succès !

L’entrée dans l’écriture fantastique de Eça de Queiroz n’enlève rien à son ton hautement critique. On y lit une société gouvernée par les apparences au sein de laquelle la morale est décimée sans vergogne par l’appât du gain. Le ton est ironique, cynique parfois, Eça comme à son habitude ne laisse passer aucun détail de la psychologie humaine souvent faite d’hypocrites contradictions. La mesquinerie y est dépeinte sans concession et la lucidité mordante de l’auteur n’épargne personne !

Le mandarin est un conte savoureux, drôle et cruel, qui ne manquera pas d’interpeller le lecteur ! « Et pourtant, au moment où j’expire, une idée me console prodigieusement, celle de savoir que, que du nord au sud et d’est en ouest, de la Grande Muraille de Tavarie aux vagues de la mer Jaune, dans tout le vaste empire chinois, aucun mandarin ne resterait en vie si tu pouvais aussi facilement que moi le supprimer et hériter ses millions, toi, lecteur, créature improvisée par Dieu, mauvaise oeuvre faite d’un mauvais argile, toi, mon semblable, mon frère ! »

LIVRES LIÉS