Nos auteurs

Jean de la Fontaine

1621-1695

Né en 1621 à Chateau-Thierry, Jean de La Fontaine suit des études de rhétorique latine puis de droit. En 1652, il marche sur les traces de père en reprenant sa charge de Maître des Eaux et Forêts. Cette profession lui donne l’occasion d’être au plus près de la nature et de la vie rurale. Accablé de dettes, il doit toutefois vendre son patrimoine et se dessaisir de sa charge en 1672. Grand lecteur, il se tourne alors vers la littérature. Il se met à fréquenter les salons et se met rapidement au service de Fouquet, surintendant général des Finances, puis de la Duchesse de Bouillon, de la Duchesse d’Orléans et de Madame de la Sablière. Il fréquente la cour et compose alors des poèmes et surtout des contes qui le rendent célèbre. Ami de Molière, Boileau et Racine, il se consacre en 1668 à la rédaction de fables écrites en vers, mettant en scène des animaux humanisés et contenant une morale. Adressées au Dauphin, ces textes ont une visée didactique. Le succès est immédiat et ne cesse de perdurer. Chefs-d’œuvre de la littérature française, connues de tous, les fables font de Jean de la Fontaine l’un des poètes les plus appréciés du XVIIe siècle. En 1684, il succède à Colbert à l’Académie Française. Prenant son rôle à cœur, il défend les Anciens dans la querelle qui les opposent aux Modernes.

Décédé en 1695, La Fontaine laisse derrière lui d’excellents épîtres, une correspondance foisonnante, des contes remarquables et surtout 243 fables, véritable trésor patrimonial de la littérature française.

Paru chez Chandeigne

«