Top poche

Illustré des toutes premières cartes et nourri de témoignages des marins, marchands et jésuites portugais qui découvrirent le Japon, cet ouvrage est un  vrai roman d’aventures. Au mitan du XVIè siècle, le dénommé Jorge Alvares découvre la réalité nippone et consigne ses observations. Il note tout : le sens de l’hospitalité des villageois, la manière expéditive qu’ils ont de punir l’auteur d’un larcin – “tous le poursuivent et se jettent sur lui à grand coups de dague” -, la nourriture, les règles auxquelles obéissent les relations familiales… Les japonais, eux, furent stupéfaits par l’arquebuse, étrange engin inconnu décrit dans le Teppôki, texte japonais écrit en 1606 : “On le remplissait d’une poudre miraculeuse et on lui mettait des petites boules de plomb. (…) Un tir de cet engin pouvait faire tomber une montagne d’argent et traverser un mur de fer”…

Gilles Heuré – Télérama – 24 juin